Trouver de l'aide

  • readmore-yb

    Suis-je concerné(e) ?

  • readmore-yb

    Je m’inquiète pour quelqu’un

  • readmore-yb

    Où puis-je trouver de l’aide ?

La schizophrénie

Ce n'est pas
ce que tu crois

La schizophrénie en chiffres

0%

des cas apparaissent avant l'âge de 25 ans
schizophrenie-luxembourg

0

personnes au Luxembourg

1 personne sur 0

La schizophrénie en quelques mots

La schizophrénie est un trouble mental qui affecte environ 1% de la population mondiale, mais qui reste méconnu et stigmatisé en raison des mythes et des stéréotypes qui l'entourent. Les personnes atteintes peuvent être mal comprises et faire l’objet de préjugés, ce qui peut entraîner des obstacles aux soins de santé mentale, à l’emploi et aux relations sociales. C’est pourquoi il est important de parler de cette maladie afin d’informer et de sensibiliser le grand public sur la schizophrénie, et de promouvoir la compréhension des personnes concernées.

Découvrez les témoignages

quote

Ralph P.

53 Joer

Ech krut am Alter vun 26 Joer en Neuroleptik verschriwwen, well ech deemools ënner Doudesängschten gelidden hunn. Am Alter vun 39 Joer ass eng Psychose bei mir ausgebrach, nodeem ech den Neuroleptik iwwert den Zäitraum vun just e puer Wochen ofgesat hat. An dem Fall ass et wichteg, d'Neuroleptiken gewëssenhaft anzehuelen. Si kënnen jorelaang Stabilitéit garantéieren. Falls een well d’Dosis reduzéieren oder ganz ofsetzen, sollt dëst ganz lues an iwwert Méint, souguer Joren iwwert d’Bün goen mat engem Dokter. Mat dësen Medikamenter ass et méiglech, mat der Erkrankung Schizophrenie en plus ou moins „normaalt“ Liewen ze féieren, just: extrem oppassen beim Ofsetzen.  

quote

Christine F.

38 Joer

Wéi ech Mëtt 22 war, hu meng Gedanken ugefaang, anescht ze ginn. Ech hat Intuitiounen, vun deenen ech duecht, si kéinten net vu mir kommen. Heiansdo wosst ech Saachen, déi mäi Verstand net konnt novollzéien. Meng Realitéit war gefierwt vun ongeliewten an ënnerdréckten Emotiounen, déi, wéi den Deckel bei engem Schnellkochtopf, an d'Luucht geflu sinn. Ech hu Villes vill méi schnell gegleewt an als wouer empfond.
Haut hunn ech mäi Wee fonnt, mat menger Schizophrenie ze liewen. Dat heescht net, datt ech net mol méi, mol manner struewelen, mee et heescht, datt ech Moyene fonnt hunn, fir géigenzesteieren, wann et Richtung Psychos geet. Gutt Moyene fir mech sinn therapeutesch Ënnerstëtzung, Medikamenter, de Réckhalt vu Famill a Frëndeskrees, Struktur duerch Aarbecht (a wann déi zevill gëtt och mol e kuerze Krankeschäin), Spazéiergäng an der Natur, Yoga, Danz, Schreiwen an Zeechnen, Meditatioun, Bieden a jo, vun Zäit zu Zäit an doséiert Spiritualitéit an hire verschiddene Formen.
Ech hoffen, datt mäin Témoignage Iech kann ënnerstëtzen, Ären eegene Wee ze fannen.

quote

Sandrine N.

40 ans

Bonjour,

A l'âge de 32 ans en 2016 je suis tombée dans une grosse psychose. J'étais persuadée que les gens étaient morts, je l'ai vécu pendant 9 mois. Après ça, j'ai fait une amnésie partielle traumatique, et une dépression a suivi. 
On me diagnostique soit bipolaire soit schizo-affectif.
Maintenant, je suis stable grâce aux médicaments et aux thérapies.
Dans tout les cas c'est pas comme dans les films.

quote

Isabelle M.

Quand la maladie de mon fils de 22ans a été diagnostiquée, j'ai pensé mourir, tellement c'était dur... il délirait beaucoup, son père et moi-même ne pouvions plus communiquer avec notre fils.
J'ai trouvé de l'aide grâce au réseau Profamille. Aujourd'hui 4 ans plus tard, notre fils est stabilisé, il a séjourné longtemps à l'hôpital, changé plusieurs fois de traitement.
Il envisage peut-être de suivre une formation. Il est autonome... Je sais que cela restera difficile toute sa vie mais il est heureux, indépendant en grande partie. Je dirais qu'il vit assez bien malgré la schizophrénie. Je remercie la Ligue et Profamille pour leurs formations, leurs groupes de parole

quote

Philippe T.

46 ans

Mon grand frère et moi-même avons vécu jusqu’à l’âge adulte avec notre mère qui était atteinte de schizophrénie, laquelle s’était déclenchée peu avant ma naissance. Nos parents avaient divorcé et nous étions seuls avec notre mère.
Notre mère a toujours nié sa maladie. Notre père, lorsque nous le voyions, ne nous en parlait jamais. Nous avons été les témoins de ses crises, de ses attaques, de ses hurlements et finalement de son total désespoir, confrontée jour et nuit à ses ennemis imaginaires.
Elle a malheureusement décidé de rester vivre dans la rue, à Paris, il y a plus de dix ans de cela.
Je regrette qu’elle n’ait pas cherché à se faire aider bien qu’elle en ait eu l’occasion. Je regrette que notre père ne nous ait pas parlé. Chercher de l’aide et se soutenir au sein de sa famille, c’est ce qui a manqué.

Afin d'arrêter le défilement, placez votre souris sur le texte.

Appel à témoignage

Que tu sois atteint∙e d'une schizophrénie ou que tu sois parent, ami∙e, soignant∙e, enseignant∙e, ... Aide-nous à parler autrement de la schizophrénie !

Partage ton histoire et ce qui t'a aidé et envoie-nous ton témoignage !